• Les Chroniques de Vérité Livre I : Initiation (partie 9)

    Les Chroniques de Vérité
    Livre I : Initiation
    (partie 9) 
    © image

    Si vous n'avez pas lu la 1° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 2° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 3° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 4° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 5° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 6° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 7° partie, cliquez ICI
    Si vous n'avez pas lu la 8° partie, cliquez ICI

    Il était très rapide et son cheval très adroit à se faufiler entre les branches.


    Désespérée, Rema courut droit vers la falaise qu’elle savait être derrière la forêt, au nord.
    Elle pensait pouvoir s’agripper aux rochers et se cacher dans une des multiples cavernes creusées dans la roche.

    Mais lorsqu’elle arriva, elle eut d’abord à traverser la clairière qui bordait la falaise.
    Le cavalier la rattrapa à ce moment-là.
    Rema se retourna à l’instant où l’homme levait sa lourde épée. La jeune fille plongea pour éviter le coup et trébucha lourdement.
    Le nez dans l’herbe humide, elle leva les yeux.
    Le cavalier avait mis pieds à terre.
    La jeune femme se redressa promptement, et sortit maladroitement son épée.
    L’homme la regarda faire sans qu’aucune émotion ne transparaisse sur son visage.
    Rema sentait la douleur sourde de la peur former une boule dans son estomac.
    Le cavalier avança.
    La jeune fille recula jusqu’à se retrouver au bord du précipice. Un coup d’œil dans son dos lui apprit qu’elle était au bout du chemin. Sous son pied, la roche s’effrita et quelques pierres tombèrent dans les eaux noires et tourbillonnantes du fleuve Telperiën en contrebas.
    La jeune femme prit courageusement son épée à deux mains, avança d’un pas et fit face à son adversaire.
    L’homme marcha vers elle, leva son épée et frappa.
    Rema para le coup comme elle le put. Elle esquiva plus qu’elle ne contra d’ailleurs. La force de l’homme était hors du commun.
    Plusieurs fois, elle évita la lame mortelle. Mais elle se fatiguait vite. Ses bras devinrent rapidement lourds comme des pierres et elle eut de plus en plus de mal à soulever son arme.
    Ella contra encore trois attaques. Puis dans un ultime assaut de son assaillant, son épée se brisa et elle tomba à genoux, à bout de souffle.
    Elle regarda le pommeau de son épée, resté dans sa main, puis la pointe de son épée, quelques pieds plus loin. Le désespoir la submergea.
    Son regard tomba sur une paire de bottes, faites de bandelettes de cuir, noircies par l’usage.
    Comme dans un rêve, Rema regarda les bottes écraser l’herbe humide avec un bruit feutré et se placer face à elle.
    Elle n’entendait plus le bruit assourdissant du fleuve, ni le frémissement du vent dans les branches.
    Elle allait mourir. Elle le savait. Elle s’était battue autant qu’elle avait pu, et elle avait perdu.
    Pourtant, un sentiment fort montait en elle.
    Elle leva les yeux vers l’homme au masque de mort, qui avait levé sa lourde épée :
         -    Non !
    Elle refusait de mourir !
    Mains levées, paumes jointes, Rema retenait l’arme.
    L’air siffla un bref instant puis le silence se fit.
    Le souffle court, la jeune femme regarda la lame vibrer entre les paumes de ses mains. L’épée n’était qu’à quelques doigts de sa tête.
    Si elle lâchait, elle aurait le crâne fracassé.
    Prise d’un regain d’énergie, la jeune femme releva la tête et poussa sur ses bras pour repousser la lame.
    Le cavalier appuya avec force.
    Rema poussa un gémissement de douleur quand le sang coula entre ses mains, à l’endroit où la lame commençait à entailler sa chair.
    Une rafale de vent les enveloppa soudain et Rema se sentit une force immense monter en elle.
    Comme la première fois, la jeune femme perçut d’abord un picotement, puis une chaleur intense.
    Elle leva les yeux vers le cavalier mort et força sur ses bras. Les manches de sa chemise retombèrent, découvrant sa peau hâlée recouverte de lignes noires sinueuses parfaitement symétriques.
    L’homme grogna et relâcha un peu son emprise.
    Rema en profita et réussit à se relever.
    Il tenait encore prise quand la lame devint rouge incandescente.
    La jeune femme grimaça. La douleur devenait trop forte et la lame la brûlait, marquant à tout jamais la paume de ses mains des hiéroglyphes gravés sur l’épée.
    Dans un ultime effort, elle repoussa farouchement l’homme  qui trébucha sur sa petite épée cassée qui gisait à terre.
    Affaiblie par l’énergie qu’elle venait de fournir, Rema ne réagit pas assez vite lorsque l’homme lança une dague sur elle.
    L’arme fila comme une flèche et lui transperça l’épaule avec un bruit mat.
    Elle hurla de douleur, son pied glissa et son corps bascula en arrière.
    La jeune fille perdit connaissance avant d’être engloutie par le fleuve.
    Le cavalier noir se releva et scruta attentivement les eaux noires et tourbillonnantes, mais il faisait trop sombre pour y voir quoi que ce soit.
    Il retourna vers ses compagnons de malheur.

     

    Fin du 1° chapitre

     

    « Les Chroniques de Vérité Livre I : Initiation (partie 8) Les Chroniques de Vérité Livre I : Initiation »

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Août 2010 à 18:48

    La pauvre, j'espère que ce sera tout comme cicatrices =P j'aime bine ton histoire, c'est bien écrit et l'intrigue est prenante. Je quitte le blog pour le moment, mais je reviendrai =)

    2
    nrd
    Dimanche 5 Septembre 2010 à 09:11

    Merci beaucoup Kaya!

    J'espère pouvoir me remettre à écrire la suite très bientôt (^_^)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :