• Les 12 travaux d'Hercule

    Les 12 travaux d'Hercule
    © cerberus
     En grec, Hercule se dit Héraklès.
    Hercule est le fils du dieu Zeus, mais sa mère est une mortelle, Alcmène,
    qui habite à Thèbes. Zeus avait pris les traits de son véritable époux, Amphitryon, pour la séduire.
    Il passa la nuit avec elle, alors que son mari était en expédition. Le lendemain, ce dernier revint de la guerre. Il s'étonna que sa femme ne manifestât pas plus de joie à son retour.
    Neuf mois plus tard, Alcmène mit au monde deux fils, Héraklès et Iphiklès.
      

     

     

     

    Héra, l'épouse de Zeus, est en fait l'ennemie d'Hercule. Elle retarde sa naissance, le rend fou au point qu'il tue sa femme et ses enfants. Il ne se réconciliera avec elle qu'après sa mort, lorsqu'il accédera à la divinité. Après la mort de son corps humain, Héraklès ne fut pas une constellation, mais un dieu qui reçut de nombreux cultes dans toute la Grèce. Héraklès est doté d'une grande force et il se distingue d'autres héros qui sont plus rusés. Son arme favorite est la massue, même s'il lui arrive d'utiliser un arc.

    Ses exploits:
    Hercule est sans doutes le héros grec le plus formidable de la mythologie.
    Durant toute sa vie, il réalisa un grand nombre d'exploits.
    Hercule réalisa son premier acte de bravoure alors qu'il n'est encore qu'un bébé. Il étrangla deux serpents qui viennent l'étouffer dans son berceau.
    Ces deux serpents sont en fait envoyés par Héra, mais Il les étouffa de ses propres mains.
    Lorsqu'il eut atteint sa dix-huitième année, après avoir reçu une éducation stricte pendant sa jeunesse, Hercule quitta la ferme et les vaches et entreprit de tuer le lion de Cithéron qui ravageait les troupeaux d'Amphitryon et de son voisin, le roi Thespios.
    Après divers exploits, il se rendit à Thèbes, où il épousa Mégare, fille de Créon. Dans un accès de folie, il la tua avec leurs enfants communs.
    Viennent ensuite les célèbres "12 Travaux d'Hercule".
    Ceci sont ordonné par son cousin Eurysthée, qui lui était faible et peu courageux.
    Mais leurs but ne sont pas clairement définit dans la mythologie. En effet, on dit qu'ils servirent comme condition d'entrée à Argos, ou bien qu'ils avaient pour but d'expier le meurtre de sa famille.

    1 - Le lion de Némée:
    Le premier des travaux qu'Eurysthée imposa à Hercule fut de tuer et de ramener le lion de Némée, dont la peau était si dure que ni le fer ni l'airain ne pouvait l'entamer. Hercule, ayant brisé toutes ses armes sur l'animal, entreprit une lutte a main nue avec lui. Il parvint à lui faire la prise du collier et serra avec tant de force qu'il étouffa la bête. Il découpa la peau du lion avec ses griffes et il s'en fit une armure.

    2 - L'hydre de Lerne:
    Pour le deuxième des douze Travaux, Eurysthée demanda à Hercule de tuer l'Hydre de Lerne, monstre né de Typhon et d'Échidna et élevé par Héra. Avec l'aide de Iolas et les conseils d'Athéna, il força l'Hydre à sortir en lui lançant des flèches embrasées puis, retenant son souffle, il s'empara d'elle. Mais le monstre s'enroula autour de ses pieds pour essayer de le faire tomber. C'est en vain qu'avec sa massue il lui assenait des coups sur la tête: à peine en avait-il écrasé une que deux ou trois autres repoussaient à leur place. Alors, avec une épée (ou une serpe d'or) Hercule décapita la tête immortelle, dont une partie était en or, et l'enterra toute vivante. Il arracha les entrailles du cadavre et trempa ses flèches dans son venin, et depuis lors, la moindre blessure de l'une d'elles est irrémédiablement mortelle. Eurysthée ne voulut pas considérer ce Travail comme régulièrement accompli, à cause de l'intervention d'Iolas.

    3 - La biche Cérynite:
    Le Troisième des Travaux d'Hercule fut de capturer la Biche de Cérynie et de la ramener vivante d'Oensoé à Mycènes. Cet animal tacheté, rapide à la course, possédait des sabots d'airain et des cornes d'or. Ne voulant ni tuer ni blesser la biche, Il la poursuivit sans relâche durant une année entière et sa chasse l'entraîna jusqu'en Istrie et au pays des Hyperboréens. Finalement, lorsque exténuée, Hercule banda son arc et d'une flèche qui passa entre l'os et le tendon, sans que soit répandue une seule goutte de sang, il lui immobilisa les deux pattes de devant. Ainsi il captura l'animal et le rapporta sur ses épaules à Mycènes.

    4 - Le sanglier d'Érymanthe:
    Le Quatrième des Travaux imposé à Hercule fut de prendre vivant le Sanglier d'Érymanthe. C'était une bête sauvage aux proportions gigantesques qui dévastait le pays aux abords de Psophis. Il réussit à la faire sortir de son fourré en poussant des cris puissants, la conduisit dans un trou profond rempli de neige et sauta sur son dos. Il l'attacha alors avec des chaînes et l'emporta vivante sur son dos à Mycènes.

    5 - Les écuries du roi Augias:
    Le Cinquième des Travaux d'Hercule fut de nettoyer, en un seul jour, les écuries d'Augias, qui étaient dans un état de saleté répugnante.
    Augias était l'homme le plus riche de la terre, en bétail: en effet, par une grâce divine, ses troupeaux préservés de toute maladie étaient d'une fécondité sans pareille et ses bêtes n'avortaient jamais.
    Or, le fumier dans les écuries d'Augias n'avait pas été enlevé depuis trente ans et, bien que sa puanteur infecte se répandait à travers tout le Péloponnèse.
    Hercule proposa à Augias de curer ses écuries avant la nuit en échange d'un dixième de son troupeau. Augias se mit à rire, il pensait que la chose n'était pas possible, mais il accepta le défi.
    Une fois de plus aidé par Iolas, Hercule fit d'abord une brèche dans le mur des écuries en deux endroits et ensuite dévia le cours des deux fleuves du voisinage: l'Alphée et le Pénée, en sorte que leurs eaux se précipitèrent dans les Écuries, les nettoyèrent et s'en furent ensuite nettoyer la bouse qui recouvrait les pâturages de la vallée.
    Mais Augias, qui avait appris par Coprée qu'Hercule obéissait aux ordres d'Eurysthée, refusa de payer le prix convenu et il eut même l'audace de dire qu il n'y avait jamais eu entre Hercule et lui aucun marché conclu.
    Pour aggraver encore les choses, Eurysthée refusa de considérer ce labeur comme un des Travaux parce qu'il avait touché un salaire d'Augias.

    6 - Les oiseaux du lac Stymphale:
    Le Sixième des Travaux d'Hercule était d'exterminer les oiseaux innombrables, consacrés à Arès, qui, effrayés par des loups, s'étaient rassemblés autour du lac Stymphale.
    Le bec, les pattes, les ailes de ces oiseaux étaient en bronze et ils dévoraient les hommes.
    La zone marécageuses n'étaient ni assez fermes pour supporter le poids d'un homme ni assez liquides pour qu'on put utiliser un bateau. Athéna lui remit une paire de castagnettes de bronze, fabriquées par Héphaïstos. S'étant mis sur un éperon du mont Cyllene, qui domine les marais, Hercule fit claquer ses castagnettes et déclencha un tel vacarme que les oiseaux, fous de terreur, s'élevèrent dans le ciel par bandes, en un vol immense. Il en abattit alors un nombre considérable tandis qu'ils s'envolaient vers l'île d'Arès dans la mer Noire, où les Argonautes les retrouvèrent plus tard.

    7 - Le taureau crétois:
    Eurysthée ordonna à Hercule, pour le Septième de ses Travaux de capturer le Taureau de Crète dont Minos empêcha le sacrifice à Poséidon et qui engendra le Minotaure avec Pasiphaé. Il préféra capturer le Taureau avec ses mains nues, bien qu'il soufflât des flammes par son museau. Après un long et dur combat, il ramena le monstre à Mycènes

    8 - L'enlèvement des cavales de Diomède:
    Eurysthée donna l'ordre à Hercule pour le huitième de ses travaux de capturer les juments sauvages du roi de Thrace, Diomède.
    Accompagné de quelques volontaires, il se rendit maître des valets d'écurie de Diomède et mena les juments jusqu'à la mer où il les laissa sur un monticule, à la garde d'Abdéros, puis il se tourna contre les Bistoniens qui s'étaient lancés à sa poursuite.
    Comme son camp allait succomber sous le nombre, il vint à bout ingénieusement de ses ennemis en creusant un tunnel qui fit que la mer inonda les basses terres. Il poursuivit les Bistoniens qui s'étaient mis à fuir, assomma Diomède avec sa massue, traîna son corps autour du grand lac qui venait de se former, et le présenta à ses propres juments qui dévorèrent sa chair encore vivante.
    Rassasiées, car elles avaient aussi dévoré Abdéros pendant qu'Hercule était occupé, il put alors facilement en venir à bout.

    9 - La ceinture de l'Amazone Hippolyté:
    Le Neuvième des Travaux d'Hercule fut d'apporter à la fille d'Eurysthée, Admètè, la ceinture d'or d'Arès, que portait la reine des Amazones, Hippolyté.
    Parvenu à l'embouchure du Thermodon, Hercule jeta l'ancre dans le port de Thémiscyra où Hippolyté lui rendit visite, séduite par son physique et sa belle musculature, elle lui offrit la ceinture d'Arès en témoignage d'amour.
    Mais entre-temps Héra, déguisée en Amazone, était allée partout répandre le bruit que ces étrangers avaient l'intention d'enlever Hippolyté; les femmes-guerriers alors, pleines de courroux, sautèrent en selle et attaquèrent le navire. Hercule, croyant à une trahison, tua Hippolyté de sa main lui retira sa ceinture, prit sa hache et d'autres armes et se prépara à se défendre. Il tua tour à tour toutes les Amazones qui dirigeaient la bataille, et mit en déroute leur armée après un terrible massacre.

    10 - Le combat contre Géryon:
    Le Dixième des Travaux d'Hercule fut de ramener le fameux troupeau de Géryon d'Erythie, une île située près de l'Océan, sans doute près de Gibraltar, sans autorisation ni paiement.
    Géryon avait la réputation d'être l'homme le plus fort de la terre. Il était né avec trois têtes, six mains et trois corps réunis à la taille. Quant aux troupeaux de Géryon, ils étaient d'une beauté merveilleuse; ils étaient gardés par le berger Eurytion, fils d'Arès, et par le chien à deux têtes Orthros.
    Aussitôt arrivé, le chien Orthros s'élança sur lui en aboyant, mais Hercule l'abattit de sa massue et Eurytion, le berger de Géryon, qui se précipitait au secours d'Orthros, périt de la même manière. Géryon appris la nouvelle et défia en un combat singulier Hercule. Il attaqua Géryon par le flanc et le transperça en lui envoyant une flèche dans le côté qui traversa ses trois corps. Ainsi, il obtint le troupeau sans autorisation ni paiement et le ramena à Mycènes.

    11 - Hercule avec Atlas dans le jardin des Hespérides:
    Hercule avait accompli ses Dix Travaux en l'espace de huit ans et un mois.
    Mais Eurysthée, qui n'avait compté ni le second ni le cinquième, lui en infligea deux autres.
    Le Onzième des Travaux consistait à rapporter les fruits du pommier d'or, cadeau de la Mère-Terre à Héra.
    Bien que les pommes fussent à Héra, Atlas en était fier, comme un jardinier de ses beaux fruits, et Thémis l'avertit: "Un jour bientôt, Titan, ton arbre sera dépouillé de son or par un fils de Zeus".
    Atlas, qui n'avait pas encore été condamné à porter le globe terrestre sur ses épaules, construisit des murs solides autour du jardin et chassa tous les étrangers de son territoire.
    Nérée avait conseillé à Hercule de ne pas cueillir lui-même les pommes mais d'utiliser Atlas pour le faire à sa place et de le soulager pendant ce temps de son formidable fardeau.
    Donc, en arrivant au jardin des Hespérides, il demanda à Atlas de lui rendre ce petit service. Atlas aurait fait vraiment n'importe quoi en échange d'une heure de répit, mais il redoutait Ladon qu'Hercule alors tua d'une flèche tirée par-dessus le mur du jardin.
    Atlas trouvait que la liberté était délicieuse. "Je vais apporter moi-même ces pommes à Eurysthée", dit il, "si tu portes les cieux pendant quelques mois encore." Hercule fit semblant d'accepter, mais comme il avait été prévenu par Nérée de n'accepter aucune proposition de ce genre, il pria Atlas de porter le globe pendant un instant, pendant qu'il mettrait un coussinet sur sa tête.
    Atlas, facilement trompé, posa les pommes sur le sol et reprit son fardeau, Hercule alors les ramassa et s'éloigna en lui faisant un petit salut ironique.

    12 - Cerbère à enchaîner:
    Le dernier et le plus difficile des Travaux d'Hercule fut de ramener des Enfers le chien Cerbère.
    Quand Hercule demanda Cerbère, Hadès debout auprès de sa femme répondit d'un air sombre: "Il est à toi, à la condition que tu parviennes à le maîtriser sans avoir recours à ta massue ni à tes flèches."
    Hercule découvrit le chien attaché par des chaînes aux portes de l'Achéron; il le saisit hardiment au cou dont il surgit trois têtes munies de serpents. Sa queue, hérissée de fer, se dressa prête à frapper, mais Hercule, protégé par sa peau de lion, ne relâcha pas son étreinte, et Cerbère, étouffé, dut céder.


    La mort du héros:
    Lors d'un repas, un serveur renversa involontairement un peu de vin sur Héraclès, qui, énervé, lui donna un coup mortel. Héraclès fut condamné à l'exil.
    Il emmena avec lui sa femme. Or sur leur chemin se trouvait un fleuve.
    Le centaure Nessos était passeur. Déjanire traversa en premier. Mais au milieu, le centaure voulut abuser d'elle. Héraclès lui décocha une flèche qui le tua. Déjanire recueillit son sang. Il lui servit à empoisonner la tunique qui le tuerait.
    Pour se venger d'Eurythos qui avait refusé de lui donner sa fille en mariage, Héraclès repartit en expédition, tua Eurythos et emmena sa fille Jole comme concubine. Déjanire, ayant peur que son mari ne la quitte, lui envoya une tunique trempée dans le sang de Nessos. D'après le centaure, une tunique trempée dans son sang devait lui assurer la fidélité de son mari. Mais il n'en n'était rien, le sang était empoisonné.
    Dès qu'Héraclès porta cette tunique, il éprouva de grandes douleurs et brûlures. Mais la tunique lui collait à la peau. Pour mettre fin à ses douleurs, il édifia un bûcher sur le mont et se laissa consumer par les flammes.

    Représentation:
    Dans la littérature et dans l'art, Hercule a été le plus populaire des héros. On avait composé en son honneur des poèmes épiques et il a été aussi l'un des héros les plus chers aux poètes tragiques.
    Plus tard, on le représenta jeune, imberbe, avec la massue et la peau du lion, souvent aussi avec l'arc.
    Au V° siècle, il apparaît barbu, nu, avec des formes massives. De nombreuses peintures et sculptures représente le héros grec

    « Merlin l'EnchanteurLoch Ness »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :