• l'Atlantide

    L'Atlantide

    © image
     Qu'une civilisation grandiose ait pu exister et disparaître subitement, voilà qui a de quoi fasciner.
    Un nom, l'Atlantide, résume cette histoire ou ce rêve.
    Le mot évoque une île mystérieuse, baignée par les rayons d'un chaud soleil, et un peuple, fondateur d'une culture brillante et éphémère.
    Au IVe siècle avant notre ère, le philosophe grec Platon est le premier à mentionner l'existence de l'Atlantide.
    Par la suite, la cité fabuleuse inspire divagations et utopies
      

    Le témoignage de Platon:
    Vers 355 avant notre ère, deux dialogues de Platon, le "TIMEE" et le "CRITIAS", fondent le mythe de l'Atlantide.

    Dans le "TIMEE", Critias, parent de Platon, raconte une histoire qu'il tient de son grand-père, qu'il a lui-même reçue de son père, ce dernier l'ayant entendu raconter par le sage grec Solon.

    Alors que Solon se trouve en Égypte, aux environs de -590, un prêtre du temple de Saïs lui fait la confidence suivante: 9000 ans plus tôt existait une île dénommée l'Atlantide, "sortie de la mer Atlantique", située au-delà des Colonnes d'Hercule (aujourd'hui Gibraltar), et "plus large que la Libye et l'Asie réunies" (pour les grecs de l'époque, il faut entendre le nord de l'Afrique et l'Asie Mineure). Il était alors possible de passer de cette île à d'autres et de gagner un continent qui s'étendait en face de celles-ci (l'Amérique?).

    L'histoire du peuple qui habitait cette île est la suivante:
    Les rois atlantes, puissants et prospères, animés de visées expansionnistes, conquirent les rives de la Méditerranée, s'emparant notamment de la Libye et de l'Égypte et s'enfonçant en Europe jusqu'à la Tyrrhénie (Italie occidentale).
    Mais ils furent finalement repoussés et vaincus par les Athéniens. Peu après, des tremblements de terre gigantesques et des cataclysmes se produisirent, et la fière Atlantide fut engloutie.

    Dans le "CRITIAS", le philosophe donne plus de renseignements sur l'Atlantide.
    Après la création du monde, les dieux se partagèrent celui-ci et Poséidon, souverain de la mer, reçut l'Atlantide.
    De son union avec une mortelle, Cleito, il eut dix fils, et chacun hérita d'une partie de l'île.
    Atlas, devint le roi et reçut la meilleure et la plus grande des régions.

    L'île était très riche et bénéficiait d'importantes ressources, tant agricoles que minières.
    Les sages qui la gouvernaient y faisaient régner le bonheur le plus parfait, distribuant méthodiquement le travail.

    L'Atlantide se divise en districts.

    Les nombreux canaux qui la sillonnent convergent vers sa capitale, de forme circulaire. Au cœur de celle-ci se dresse la résidence royale, ancienne demeure du dieu de la Mer. C'est une citadelle de forme également arrondie et d'un diamètre d'environ cinq kilomètres.

    Des anneaux concentriques de terre et de mer, reliés entre eux par des tunnels et des ponts, composent cette acropole.
    Elle abrite les temples, les palais et les édifices publics ainsi que les champs de course.
    Le plus formidable des temples est celui dédié à Poséidon.
    Ses façades extérieures sont entièrement couvertes d'argent et ses toits sont plaqués d'or.
    A l'intérieur, les voûtes sont en ivoire ciselé incrusté d'or, d'argent et d'orichalque (métal assez mystérieux dont on peut supposer qu'il s'agit soit de cuivre, soit d'un alliage de cuivre et d'or).
    Le temple est orné de nombreuses statues tout en or.
    L'une surpasse toute les autres, celle représentant Poséidon se tenant debout sur un char attelé de dix chevaux ailés, et d'une grandeur telle que la figure touche la voûte de l'édifice.

    La description de Platon montre la richesse et la puissance de l'Atlantide.

    Le "CRITIAS" étant resté inachevé on n'en sait pas plus sur l'île.


    Un prétexte pour des utopies:
    Le texte de Platon est interprété aujourd'hui comme la première des utopies: une allégorie destinée à vanter les mérites de l'Empire athénien alors en décadence.

    Mais la cité idéale que décrit le philosophe est-elle purement imaginaire, ou la construction platonicienne repose-t-elle sur une tradition qui pourrait avoir des origines historiques?
    Ce débat n'est pas encore clos.

    Les commentateurs antiques eux-mêmes semblent partagés sur le sens des dialogues platoniciens.
    Aristote, au IV° siècle avant notre ère, affirme que l'Atlantide n'est qu'un mythe.

    D'autre part, un disciple de Platon affirme avoir vu, à Saîs, les hiéroglyphes relatant l'histoire racontée à Solon.
    Selon Platon, l'Atlantide a disparu en un jour et une nuit, victime d'un cataclysme.

    Plusieurs auteurs, partant de l'hypothèse que l'île a vraiment existé, ont tenté sérieusement d'apporter une explication à cette disparition.
    La solution la plus évidente est celle de l'éruption d'un volcan, mais il est impensable qu'une explosion, même titanesque, ait pu engloutir totalement et en une journée une île de la taille de celle que Platon décrit dans le "CRITIAS" .

    Aussi certains commentateurs évoquent-ils l'hypothèse d'une gigantesque météorite qui serait tombée sur la Terre, entraînant le plus formidable raz de marée de l'histoire de l'humanité (une catastrophe dont le mythe du déluge garderait le souvenir).

    A moins qu'il ne faille voir dans la catastrophe évoquée par Platon qu'un effet littéraire destiné à dramatiser la chute éclair d'une civilisation brillante, la civilisation crétoise en l'occurrence, assimilée au déclin plus progressif d'Athènes.

    Au moyen age, l'Atlantide est pratiquement oubliée.
    L'intérêt pour l'île engloutie renaît au siècle des grandes découvertes, certains auteurs se risquant à identifier l'Amérique à l'île platonicienne.
    Plus fréquemment, des philosophes reprennent le procédé du philosophe antique pour disserter sur la notion de cité idéale.

    A l'époque contemporaine, le mythe de l'Atlantide continue à alimenter utopies philosophiques et fictions romanesques.

    Au début du XX° siècle, l'écrivain Pierre BENOIT publie ainsi une Atlantide bientôt célèbre, où l'île mystérieuse est située en plein désert. Deux officiers s'y retrouvant retenus par la troublante Antinéa.

    Plus sérieusement, des archéologues et des spécialistes de la mer ont cherché à identifier le lieu.
    Pour les Grecs comme pour Cousteau, l'Atlantide ne serait autre que l'île de Santorin, située a 110 km au nord de la Crète.
    Elle est circulaire, et en 1500 avant notre ère, la Crète est à l'apogée de sa puissance. De plus elle est l'ennemie d'Athènes et pratique le culte du taureau comme le font les Atlantes.

    Mais en 1470 avant notre ère, le volcan de Santorin explose brutalement. L'éruption s'accompagne d'importants tremblements de terre, de pluies de cendres et d'une vague formidable de plusieurs dizaines de mètres de haut. C'est cette vague qui dut s'abattre sur la Crète, détruisant sa civilisation sans retour.

    Onze cent ans après la catastrophe, Platon a-t-il confondu dates et lieux, l'île ensevelie et la culture crétoise sinistrée?
    Ou a-t-il délibérément mêlé des évènements historiques et une tradition légendaire pour forger une allégorie à portée politique et morale?
    Les deux hypothèses sont également plausibles.


    « L'Angoisse de la page blanche...Merlin l'Enchanteur »

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Août 2010 à 22:38

    Je me sens bien sur ton blog. Petit extrait improvisé:

    -- Messieurs, j'ai une annonce importante à faire. Dans deux jours seuleument, une expédition prendra le départ du Havre. Sa destination? L'Atlantide. Cette mythique île n'est pas - selon moi, un mythe. Nous saurons alors si Platon disait vrai.

    Qu'en pense tu?

    2
    nrd
    Dimanche 5 Septembre 2010 à 09:13

    Eh! Pas mal du tout!

    Ca me fait penser à une ambiance "Sir Arthur Conan Doyle"

    Continue!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :