• Banque de données

    Banque de données 


    © journaldunet


    En simplifiant, on peut dire que dans un roman il y a deux volets:
    - les matériaux et
    - l'organisation
    C'est l'auteur qui construit l'intrigue et les personnages avec sa sensibilité et son imagination, mais comme "un sac vide ne saurait tenir debout", il a besoin de collecter beaucoup de matériaux concrets pour donner un minimum de vraisemblance à son récit.

    Le piège de certains auteurs débutants, c'est de croire qu'il vont tout tirer de leur imagination fertile, qu'il vont tout affabuler.

    Or, comme dit Aragon, "Écrire, c'est mentir vrai".

    Ceux qui y ont déjà réfléchi savent que, pour être crédible, un mensonge doit emprunter beaucoup à la réalité.
    A la limite, tout doit être vrai dans le mensonge... tout, sauf un petit détail qui change tout.

    Par exemple, voici un criminel soupçonné par la police qui se voit interrogé sur son emploi du temps du Mercredi 15.
    Il n'a pas intérêt à s'inventer toute une "histoire", mais simplement à changer de jour. Il pourra ainsi décrire avec précision, par exemple ce qu'il a fait la veille, le Mardi 14.
    Tout sera vrai sauf la date.
    Ainsi fera notre romancier: il n'a intérêt qu'à dire la vérité, sauf qu'il opèrera, ici et là, de légers décalages dans les noms, les lieux, les dates, les personnages, etc.


    Comment avoir des idées pour écrire:

    Au sens très large, il y a d'abord ce que Gustave Lanson appelle la "préparation générale" à l'art d'écrire, et qu'on pourrait appeler aussi la culture générale.
    Ses quatre grandes avenues sont: la lecture, la conversation, l'écoute et la réflexion sur sa vie intérieure.
    Chacun de ses quatre modes d'acquisition de connaissances constitue un monde en soi et, à lui seul, forme la matière de beaucoup de livres, dont nombre existent déjà...

    a/ Les observations de la vie:
    Chaque jour, dans votre vie, vous amassez des observations sur les gens, les lieux, les évènements.
    Il est bon de les noter sur un carnet pour ne pas les perdre, et de les ranger dans des dossiers.
    Le moment venu, vous serez bien content de les retrouver.
    Mais observer suppose de savoir écrire, c'est à dire de traduire la réalité en mots, votre seul matériau.
    Voici un exercice facile que je vous propose de pratiquer souvent:
    Quand, dans la journée, vous n'avez rien à faire, vous vous livrez automatiquement à une description mentale. Par exemple, si matin et soir vous prenez un transport en commun, plutôt que de rêvasser, composez dans votre tête un petit texte descriptif de la grosse dame qui vient de monter, ou du voisin absorber par la lecture de son journal.
    A partir de cette description, essayez de deviner qui ils sont: leur famille, leur métier, leur maison, leurs amis...
    Éventuellement, jetez quelques mots sur votre carnet et, rentré chez vous, reprenez-les pour rédiger immédiatement une page.
    Puis mettez-y un titre et classez-la. Vous vous constituez ainsi un fichier permanent de personnages.

    Quand vous visitez un lieu, vous pouvez aussi acheter des cartes postales ou prendre des photos.
    Ces documents vous aideront à constituer un fichier des lieux.
    Bien entendu, vous pourrez transposer, mais au moins, vous ne partez pas de rien.

    b/ Personnalité, gestuelle et discours:
    En étudiant la gestuelle et la façon de parler, les romancier donnent du relief à leurs personnages.
    On peut établir des "profils locuteurs" en retenant comme traits pertinents la position du visage, la posture générale du corps, et le placement des mains.
    Certains gestes ont une valeur universelle, comme les gestes obscènes.
    Mais il existe une multitudes de prescriptions culturelles.
    On sait, par exemple, que, pour un Japonais, regarder quelqu'un droit dans les yeux est un indice de très grande vulgarité.
    Dans notre culture, il y a des hommes "coupeurs de paroles". Lorsque deux coupeurs se rencontrent, ils entrent en rivalité, chacun essayent d'englober la parole de l'autre dans son propre discours.
    Les femmes, elles, refusent d'entrer en compétition: elles attendent que l'autre ait fini et... parlent d'autre chose.
    Même si votre roman ne se passe pas dans une clinique psychiatrique, voici quelques attitudes à connaître:
    - Le psychotique regarde fixement le sol; les silences tombent comme des prières; les thèmes sont interrompus". C'est épuisant pour celui qui écoute, et le malade vous dira que son thérapeute est fou parce qu'il répond toujours à côté de la question posée!
    - L'obsessionnel parle très lentement et d'abondance, sans pause, de manière monotone, en vous fixant du regard. Il ne manifeste jamais ces évitements de regard qui apaisent. Il va vous donner l'impression de "tourner autour du pot" et de ne jamais vous dire ce qui est en question.
    - Les hystériques ont une conversation intense avec une gestuelle très animée et très synchronisée avec la parole. Ils cherchent à vous gagner par leur contagion émotive: quand la conversation se termine, vous avez oublié l'information pour ne retenir que l'affectivité.

    c/ Les histoires des autres:
    Le deuxième moyen de se procurer de la documentation vivantes est d'écouter les autres vous raconter leurs expériences. Et, si nécessaire de provoquer vous-même ces confidences en poussant les gens à parler.
    Par exemple, toutes les situations décrites dans la nouvelle La dame blanche, sont tirées d'histoires vraies qui ont été racontées à l'auteur (Louis Timbal-Duclaux) par des collègues ou amis. Tous les lieux correspondent à des lieux exacts, tous les personnages ont des sosies de personnes réelles, toutes les situations ou événements sont réellement arrivés.
    En bref, tout est vrai, sauf l'intrigue qui les lie (mais qui, elle, a encore été prise ailleurs...).
    A titre d'exemple, voici une série d'anecdotes croustillantes recueillie dans un magazine féminin par un journaliste, auprès du personnel de service de lieux fréquentés par des milliardaires.
    Ces anecdotes sont vraies, aussi incroyables qu'elles puissent paraître et, dans la bouche d'un narrateur unique, elles pourraient même faire l'objet d'un livre.
    - Un magnat anglais était si amoureux de sa Rolls qu'il interdisait à quiconque de la toucher de la main. C'était lui-même qui venait, chaque matin, la nettoyer avec un seau et une brosse, comme on cajole un animal de compagnie, en lui parlant à mi-voix...
    - Pour aller acheter un "Big Mac", un Américain nostalgique quitte un grand restaurant dans une berline louée spécialement avec chauffeur...
    - Une vedette, qui vient d'acheter un nouvel appartement, téléphone le matin à un grand magasin de vaisselle, pour qu'à midi, il soit entièrement garni en vaisselle, argenterie et accessoires, de manière à pouvoir y recevoir une dame...
    - Une princesse orientale réserve pour un séjour de deux mois à Cannes, les 14 suites de l'hôtel plus un certain nombre de chambres, uniquement pour pouvoir apporter toutes ses affaires. Une chambre était en effet entièrement réservé à ses chaussures, l'autre à ses sous-vêtements, l'autre à ses effets sportif, l'autre à ses produits de beauté...
    - Un milliardaire américain fait arrêter son grand coiffeur, le temps d'acheter un diadème de diamants qui "aille avec", et revient une heure plus tard avec l'achat, terminer la séance...
    - Un financier américain, au moment de régler une consommation s'aperçoit qu'il n'a pas de monnaie et dépose sur la caisse un lingot d'or...
    - Une richissime espagnole demande à Louis Vuitton de lui confectionner un bagage spécial, assorti, de manière à pouvoir amener "confortablement" en voyage son petit ours fétiche qu'elle fait "habiller" chez Dior...
    - Un autre client demande un sac spéciale pour transporter dans sa maison de campagne le homard vivant destiné à son réveillon...
    Dans bien des cas, "la réalité dépasse la fiction".
    Inutile donc de se torturer les méninge en se demandant à chaque instant si notre invention est crédible, plausible. Sachant que ces histoires sont vraies, vous les raconterez avec bonne conscience et l'esprit libre.

    d/ Les journaux et magazines:
    Ces journaux que vous lisez et jetez deviendront de véritables mines d'or si vous savez les exploiter et les conserver.
    Si vous n'avez pas de place pour stocker, arrachez au moins les pages qui vous intéressent et constituez-vous des dossiers thématiques dans des chemises de couleurs différentes.
    Plus ces magazines sont anciens, plus ils prennent de la valeur et vous seront utiles un jour pour remédier à votre mémoire défaillante.

    e/ Les ouvrages spécialisés:
    Vous en possédez déjà chez vous, et vous pouvez les consulter en bibliothèque ou dans des organismes publics.
    Certains débutants croient que seuls des ouvrages littéraires peuvent être une source pour le romancier.
    C'est au contraire les livres les plus banals, les plus platement utilitaires, qui lui seront d'un grand secours.

    Suite:

    Pour ma part, j'ai commencé une base de donnée avec tout simplement des catalogues de mode (pour les personnages).
    Merci à La Redoute et Quelle pour le nombre de Héros et Héroïnes imprimés dans leur pages ^^

    Dès le catalogue reçu, je le feuilletais frénétiquement à la recherche d'un visage qui me plairait.
    Une paire de ciseaux, un classeur, un tube de colle et quelques feuillets transparents et me voilà en train de créer mon mini catalogue de héros.

      Étanttrès ordonnée, au bout d'une dizaine de visage découpé, je les ai classé pour plus de facilité:
    - d'un côté les hommes, de l'autre les femmes
    - ensuite rangé par couleur de cheveux (brun, blond, châtain, roux etc)
    - puis classement pour cheveux courts, cheveux longs et cheveux mi-longs
    - pour aller plus loin, un classement par "type" de cheveux (bouclé, raide, crépu etc)
    etc etc
    J'ai aussi classé ces personnages par morphologie: asiatique, noire, nordique etc etc.


    Source: J'écris mon Premier Roman, de Louis Timbal-Duclaux

     

     

     

     

     

    « Comment démarrerLes Chroniques de Vérité Livre I : Initiation (partie 1) »

  • Commentaires

    1
    L.
    Dimanche 25 Octobre 2009 à 23:27
    Bonne idée, la Redoute ;o)
    2
    nrd
    Mercredi 4 Novembre 2009 à 15:03
    Merci!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :